Joseph_Alexis_Edouard_Chauvin

Joseph Alexis Édouard Chauvin est né le 19 décembre 1892 dans la petite commune de Bulle, située dans le département du Doubs. 

Il est le fils d’Aimé Constantin et de Marie Eugénie Chambelland, un couple qui s’est marié le 13 février 1884 dans le village où sont nés tous leurs enfants. Les parents exercent le métier de cultivateurs.

Joseph Alexis Édouard est le quatrième d’une fratrie de quatre garçons et d’une fille. Son plus jeune frère décède dans sa première année, un sixième enfant sera mort-né.

Après avoir appris à lire et écrire, Joseph Alexis Édouard quitte l’école pour rejoindre le monde du travail. Le jeune adolescent exercera le même métier que ses parents dans sa commune d’origine, et ce, jusqu’à sa majorité.

L’année de ses vingt ans, il est inscrit sous le numéro 16 du canton de Levier pour la conscription de 1913.

La description de cet homme nous montre que la règle stipulant qu’en dessous d’une certaine taille, on n’était pas appelé, n’existe plus. Malgré son 1,49 m, sa robuste constitution physique le classe directement dans la 1ère partie de la liste, ce qui veut dire qu’il est « bon pour le service armé ».

Sa feuille de route lui fait savoir qu’il doit aller effectuer son temps de service actif dans un régiment d’infanterie vosgien. Il laisse derrière lui la vallée de Drujeon pour rejoindre la ville d’Épinal. Joseph Alexis Édouard Chauvin intègre le 149e R.I. le 21 octobre 1913, après avoir bénéficié d’un sursis d’arrivée d’une dizaine de jours pour convenances personnelles.

En guise de premières manœuvres, c’est à la guerre qu’il va apprendre ce que sa formation n’a pas eu le temps de faire. Si celle-ci reste incomplète, elle a fait de lui, en quelques mois, un homme mobilisable.

Lorsque le conflit contre l’Allemagne débute, le soldat Chauvin se trouve sous les ordres du capitaine Cadeau qui commande la 10e compagnie du régiment.

Joseph Alexis Édouard Chauvin est blessé le 21 août 1914 dans le secteur d’Abreschviller.

Pour en savoir plus sur les évènements qui se sont déroulés au cours de cette journée, il suffit de cliquer une fois sur le dessin suivant.

 La_retraite

Concernant sa blessure, si sa nature est inconnue, elle permet son évacuation, mais elle fut assez grave pour conduire à son décès après plus de trois mois d’hospitalisation.

Il est acheminé par voie de chemin de fer dans le département de la Haute-Saône, pour être soigné à Gray. Le soldat Chauvin occupera un des 55 lits de l’hôpital auxiliaire n° 10 de cette commune. Malgré les soins donnés par les médecins, il meurt le 6 décembre 1914.

Joseph Alexis Édouard Chauvin repose actuellement dans le carré militaire du cimetière communal de Gray.

Sepulture_Joseph_Alexis_Edouard_Chauvin

Le nom de cet homme est inscrit sur le monument aux morts de la commune de Bulle.

Joseph Alexis Édouard Chauvin est resté célibataire et n’a pas eu de descendance.

Son frère, Marie Sylvain Léon, a également perdu la vie durant ce conflit.

Sources :

La fiche signalétique et des services de Joseph Alexis Édouard Chauvin a été consultée sur le site des archives départementales du Doubs.

Le portrait du soldat Chauvin a été trouvé sur internet.

La photographie de la sépulture de Joseph Alexis Édouard Chauvin a été réalisée par F. Lhermitte.

Les informations concernant la famille de ce soldat ont été trouvées sur le site « Généanet »

La photographie menant au lien qui donne accès aux biographies des soldats de la commune de Bulle « Morts pour la France » provient du site de la mairie de cette commune.

Commune_de_Bulle

Un grand merci à M. Bordes, à A. Carobbi, à F. Lhermitte, à É. Mansuy, aux archives départementales du Doubs et à la mairie de Bulle.