Capitaine_Pierre_Pr_tet

 

Pierre Marie Prétet est né le 19 avril 1881 à Gray, commune de la Haute-Saône. Fils de Marie Ernest Prétet, militaire de carrière et de Marie Joséphine Noir. Il est bachelier es sciences et parle l’allemand couramment.

Sur les traces de son père, il commence une carrière militaire en 1902 en servant au 2e régiment de Zouaves. Il est nommé sous-lieutenant au 21e B.C.P en 1908. Deux ans plus tard, toujours au 21e B.C.P., il passe dans le grade de lieutenant. Il arrive au 149e R.I. en août 1912. Au début du conflit, fin août 1914, il commande une section de la 6e compagnie. Il gagne ses galons de capitaine à titre temporaire en septembre 1914, pour les conserver de manière définitive en mars 1915. Pierre Prétet a conquis son grade de capitaine et la croix de guerre sur le champ de bataille. Énergique et très brave, il a, pendant quelques mois, commandé au feu le 2e bataillon du 149e R.I. dans des conditions critiques. Cela, à partir de la fin septembre 1914, après la mort du commandant François jusqu'aux tous premiers mois de l'année 1915 en Artois.

Rejoignant le 31e B.C.P. en novembre 1915, il sert dans ce bataillon jusqu’en octobre 1917. À cette date, il retrouve le 21e B.C.P.. Blessé à Tahure, il est évacué et soigné à l’hôpital n° 226 de Paris. Il termine la guerre comme capitaine adjudant-major au 62e R.I.. De nouveau blessé au chemin des Dames en mai 1918, il est fait prisonnier et interné au camp de Limbourg.

Il se marie en 1919 avec Louise Louys.

Après la guerre, il poursuit sa carrière militaire pour y mettre un terme en 1939. Carrière qu’il termine avec le grade de lieutenant-colonel.

Pierre Marie Prétet décède à Nice en 1952.

 

Citation à l’ordre de l’armée : (Cette citation a été obtenue après les combats qui se sont déroulés dans le village de Souain.)

Journal officiel du 9 octobre 1914.

« Le 19 septembre 1914 a dégagé avec beaucoup d’habileté les rues et les maisons d’un village tenu par l’ennemi et a donné lui-même l’exemple du mépris du danger. »

Chevalier de la Légion d’honneur :

« Le 8 novembre 1914 a contribué puissamment à repousser une furieuse attaque de nuit par les ordres nets et précis donnés séance tenante par lui à son bataillon. »

Sources et référence bibliographique :

Dossier individuel consulté au Service Historique de l’Armée de Terre de Vincennes.

« Mémorial de la Gloire, noms des braves promus dans l’ordre de la Légion d’honneur, médaillés militaires et cités à l’ordre de l’armée. » Ouvrage réalisé à partir des dates chronologiques de publication au Journal officiel.

 

Un très grand merci à M. Bordes, à C. Leclair, à J. Huret, à M. Porcher et au Service Historique de l’Armée de Terre de Vincennes.