Jules_Champion

Jules Camille Champion est né le 31 mars 1894, dans la commune de Poulangy dans la Haute-Marne. Il est le second d’une fratrie de 6 enfants.

Lorsqu’il voit le jour, son père, Henri Alexis, âgé de 29 ans, travaille comme coutelier. Sa mère, Émilie Victorine Mathilde Petitot, sans profession, est âgée de 22 ans.

L’instituteur Joseph Nicolas Gillot ainsi que le cultivateur Simon Garnier accompagnent Henri Alexis à la mairie pour cette déclaration de naissance. Ensemble, ils vont signer le registre d’état civil présenté par l’administrateur du village Hippolyte Patard.

Lorsque Jules quitte l’école primaire, il sait lire, écrire et compter. Il travaille ensuite comme employé de commerce.

L’année de ses vingt ans, il doit se rendre à Nogent pour passer devant le conseil de révision. Inscrit sous le n° 18, il est pesé, toisé et ausculté par les médecins de l’armée ; Jules est déclaré « bon pour le service ». Le jeune homme se retrouve donc enregistré dans la 1ère partie de la liste de l’année 1914.

Appelé plus tôt que prévu sous les drapeaux pour cause de guerre, Jules Champion se retrouve incorporé en même temps que les autres jeunes de sa classe en septembre 1914.

Le 4 septembre 1914, il se rend au 149e R.I., un régiment spinalien, pour être initié au métier des armes. Le dépôt du régiment se trouve alors à Jorquenay, une petite commune située a quelques kilomètres de Langres. 

Jules est considéré comme « soutien de famille ». Son père étant décédé, il a en charge, au moins en partie, sa famille. Ce soutien permet à sa mère de recevoir une petite allocation journalière, pendant qu’il est sous les drapeaux, pour compenser son départ.

Envoyé aux armées le 28 mai 1915, il est affecté à la 1ère compagnie du régiment. Jules arrive avec un renfort après les combats sanglants de mai 1915 en Artois. Le régiment, depuis son arrivée à la fin de l’année 1914, n’a pas quitté ce secteur qui est alors un des plus dangereux,

Le soldat Champion est tué le 16 juin 1915 au cours d’une attaque qui a lieu près d’Aix-Noulette.

Le nom de ce soldat figure bien dans la liste des pertes du régiment à la date du 16 juin, mais son décès, qui a été validé par un jugement rendu par le tribunal de Chaumont, est officialisé à la date du 18 juin 1915.

Pour en savoir plus sur les évènements qui se sont déroulés durant cette période, il suffit de cliquer une fois sur la carte suivante.

16_juin_1916

Enterré dans un premier temps en Artois, son corps est restitué à la famille dans les années 1920 pour être inhumé dans le cimetière communal du village de Poulangy.

S_pulture_Jules_Champion

Le nom de ce soldat est inscrit sur le monument aux morts de sa commune natale.

Jules Camille Champion a été décoré de la Médaille militaire à titre posthume. Cette décoration lui donne également droit à la Croix de guerre avec étoile de bronze. Il  ne s’est pas marié et n’a pas eu de descendance.

Sources :

La fiche signalétique et des services et l’acte de naissance du soldat Champion ont été consultés sur le site des archives départementales de la Haute-Marne.

La photographie de la plaque émaillée figurant sur le montage a été réalisée par P. Baude.

Le cliché de la sépulture du soldat Champion a été réalisée par P. Baude.

L’acte de décès de ce soldat m’a été envoyé par la mairie de Poulangy.

Un grand merci à M. Bordes, à A. Carobbi, à P. Baude, à V. Le Calvez, aux archives départementales de la Haute-Marne, à la mairie de Poulangy et au Service Historique de la Défense de Vincennes.