Louis_Albert_Hantz

Né de Louis Cyrille et de Marie Honorine Poirot, Louis Albert Hantz voit le jour au domicile de ses parents,  le 27 novembre 1889, à la section D de la Brayatte ; celle-ci est située à proximité de la commune vosgienne de la Bresse. Le père de Louis Albert Hantz est cultivateur. Il a 22 ans le jour de la naissance de l’enfant. Sa mère, également cultivatrice, est un peu plus âgée, elle a 24 ans.

Nous ne saurons que peu de choses concernant l’enfance de Louis Albert, si ce n'est qu’il a quitté l’école communale en ayant appris les bases de l’écriture, de la lecture et du calcul.

Après une courte scolarité, il apprend le métier de graniteur dans une des nombreuses carrières de la région. Un de ses oncles maternels pratique cette profession.

Lorsque le temps des obligations militaires arrive, il est inscrit sous le numéro 66 de la liste de Gérardmer. Déclaré « bon pour le service » par les autorités compétentes du conseil de révision, Louis Albert Hantz est classé dans la 1ère partie de la liste de la classe 1910.

Hélas, comme pour la plupart des registres matricules du bureau de recrutement d’Épinal, la fiche de Louis Albert Hantz reste muette concernant les détails sur ses états de services.

Le régiment dans lequel il a effectué son service militaire n’est donc pas identifié, pas plus que son parcours de combattant durant le premier conflit mondial qui durera plus de trois ans ! La frustration reste donc entière…

Pourtant, plusieurs questions viennent à l’esprit ! Ce soldat a-t-il été blessé ? A-t-il changé plusieurs fois d’unité au cours de ses nombreux mois passés à la guerre ? En l'absence d'autres sources, ces interrogations restent sans réponses pour l'instant.

Tout ce que nous savons de manière certaine c’est que cet homme était affecté à la 2e compagnie du 149e R.I. lorsqu’il fut blessé durant la 1ère phase de la bataille de la Malmaison, le 23 octobre 1917. Le soldat Hantz a reçu un éclat d'obus dans la région spinale qui lui a paralysé les jambes.

Pour en savoir plus sur ce qui s’est passé durant cette journée, il suffit de cliquer une fois sur la carte suivante.

1er_objectif_secteur_d_attaque_du_149e_R

Malgré l’intervention rapide des brancardiers, la blessure de Louis Albert Hantz est vraiment trop grave pour qu’elle puisse lui laisser une infime chance de survie ; il décède le lendemain à l'hôpital d’évacuation n°18 de Couvrelles.

Le clairon Hantz a probablement été enterré, initialement, dans le cimetière militaire de Couvrelles avant d’en être exhumé quelques années plus tard, pour être définitivement placé dans une tombe d’une nécropole nationale. Sa sépulture se trouve actuellement à Vauxbuin dans le carré C. Elle porte le n° 959.

Sepulture_Louis_Albert_Hantz

Le soldat Hantz a été décoré de la Médaille militaire à titre posthume. (Décret du 11 avril 1920 paru dans le journal officiel du 8 septembre 1920).

« Agent de liaison d’un courage et d’un sang-froid remarquables, blessé mortellement le 23 octobre 1917, en se portant en avant, sous un feu violent.  A été cité. »

Le nom de ce soldat est gravé en lettres d’or sur le monument aux morts de la commune de Rochesson où se trouvait son dernier lieu de résidence.

Monument_aux_morts_de_Rochesson

Louis Albert Hantz ne s’est pas marié et n'a pas eu de descendance.

Pour connaître sa généalogie, il suffit de cliquer une fois sur l’image suivante.

Geneanet

Sources :

Fiche individuelle consultée sur le site « mémoire des hommes ».

Copie de son acte de décès envoyée par la mairie de Rochesson.

L’acte de naissance et la fiche matricule du soldat Hantz ont été consultés sur le site des archives départementales des Vosges.

 Le portrait du clairon Hantz provient de la collection personnelle de M. Vassal.

Un grand merci à M. Bordes, à A. Carrobi, à M. Vassal, aux archives départementales des Vosges et la mairie de la commune de Rochesson.