Fernand_Camille_Aubry

Originaire du département des Vosges, Fernand Camille Aubry voit le jour le 5 novembre 1896 dans la petite commune de Chavelot.

Ses parents se sont mariés à Bayecourt en 1892. Le père, qui se prénomme Alcide Lucien, a 33 ans à la naissance de son fils. Il travaille comme manœuvre. Sa mère, Marie Adeline Houot, est une femme qui n’exerce plus de profession depuis qu'elle a épousé Alcide.  Âgée de 28 ans, elle élève déjà un garçon.

Les oncles de Fernand, Augustin et Félicien accompagnent leur frère Alcide à la mairie du village pour y signer l’acte officiel d’état civil.

Après avoir appris à lire, écrire et compter à l’école communale accolée à la mairie de Chavelot, Fernand se rend à la blanchisserie et teinturerie de Thaon-les-Vosges pour y être embauché. Cet adolescent rejoint ainsi son père et son frère aîné qui y travaillent déjà. Une courte note biographique, qui accompagne son portrait dans le livre d’or de l’établissement, nous indique qu’il fut ouvrier durant 4 ans et cinq mois dans cette entreprise.

La famille Aubry reste implantée à Chavelot jusqu'au déclenchement de la Première Guerre mondiale. En 1911, les parents et les deux frères vivent toujours sous le même toit.

Fernand Camille Aubry fait toujours partie des membres du personnel de la Blanchisserie et Tannerie de Thaon-les-Vosges lorsque le tocsin de la petite église de son village natal annonce l’heure de la mobilisation générale, au début du mois août 1914. Futur soldat de la classe 1916, cet évènement ne l’implique pas directement. Peut-être même se dit-il que la guerre sera probablement terminée depuis longtemps avant même qu’il ne soit mobilisable. Mais il ne sait pas encore que le conflit va s’inscrire dans la durée… Son frère est tué en Artois le 16 juin 1915.

La fiche matricule de Fernand Camille Aubry nous fait savoir qu’il est inscrit sous le numéro 11 du canton de Chatel. Son nom est enregistré dans la 1ère partie de la liste en 1915, ce qui veut dire qu’il est déclaré « bon pour le service » par les médecins du conseil de révision.

La classe 1916 qui aurait dû être théoriquement appelée en octobre 1916 doit rejoindre les casernes aux alentours du mois d’avril 1915.

Fernand Camille Aubry apprend qu’il doit se rendre au dépôt du 149e R.I. implanté à Épinal. Il est formé à la fonction de clairon, probablement à l’école des clairons et des tambours de la préfecture vosgienne.

En l’état des connaissances, il nous est donc impossible de connaître la date exacte de son arrivée au régiment et encore moins celle à laquelle il rejoignit la zone des armées.

L’absence totale d’informations sur son parcours militaire de sa fiche signalétique et des services ne permet pas d’en dire davantage, ce qui laisse un vide magistral qui ne permet pas d'étoffer sa biographie.

Tout ce que nous savons de manière certaine c’est qu’il sert à la 3e compagnie du 149e R.I. lorsqu’il est tué le 23 octobre 1917.

C’est au cours de la première phase de cette attaque que ce soldat trouve la mort, touché à la tête par plusieurs éclats d’obus.

Pour en savoir plus sur les évènements qui se sont déroulés au cours de cette journée, il suffit de cliquer une fois sur la carte suivante.

1er_objectif_secteur_d_attaque_du_149e_R

Fernand Aubry est enterré dans un premier temps par les soins des brancardiers de la 43e D.I. dans le cimetière militaire de Billy-sur-Aisne, dans une tombe numérotée 258.

Le soldat Paul Leval et le clairon Camille Bolot témoignent de son décès, ce qui permet au lieutenant Auguste Fourneret, l’officier d’état civil du régiment, de valider administrativement la mort de cet homme. L’acte est transcrit à la mairie de Chavelot le 8 mars 1918.

Le clairon Aubry repose actuellement dans la nécropole nationale de Vauxbuin. Sa sépulture, située dans le carré D, porte le numéro 959.

Sepulture_Fernand_Camille_Aubry

Le nom de cet homme et celui de son frère sont gravés sur le monument aux morts de la commune de Chavelot.

Les_freres_Aubry

Tout comme son frère, Fernand ne s’est pas marié. Alcide et Marie Adeline ne sont jamais devenus grands-parents.

La généalogie de la famille Aubry peut se consulter en cliquant une fois sur l’image suivante.

Geneanet

Sources :

Le portrait de Fernand Camille Aubry est extrait du livre d’or des membres du personnel de la blanchisserie et teinturerie de Thaon, morts pour la France au cours de la guerre 1914-1918.

Le cliché de la sépulture du soldat Aubry a été réalisée par J. Baptiste.

La photographie du monument aux morts de la commune de Chavelot a été trouvée sur le site « monuments aux morts France-Belgique ».

Les registres de recensement des années 1896, 1901, 1906 et 1911 de la commune de Chavelot et la fiche signalétique et des services de du clairon Aubry ont été lus sur le site des archives départementales des Vosges.

Les sites « Mémoire des hommes » et « Généanet » ont également été consultés pour construire cette courte notice biographique.

Un grand merci à M. Bordes, à J. Baptiste, à A. Carrobi, à la mairie de Chavelot,  au Service Historique de la Défense de Vincennes et aux archives départementales des Vosges.