L_on_Jean_Fouillot

Né de Léon Fouillot et de Maria Gardot, Léon Jean voit le jour le 8 décembre 1891 dans la commune haute saônoise de Montagney. Les conditions de vie de la famille sont humbles. Les parents exercent tous deux le dur métier de journalier, louant leurs services aux fermes locales qui ont besoin de main-d’œuvre au moment des travaux saisonniers. À la naissance de Léon fils, le père est âgé de 34 ans et la mère de 31 ans.

En 1906, Léon ne vit plus dans son village natal. À 15 ans, il œuvre comme domestique chez les Leclerc, une famille de pâtissiers vivant à Recologne dans le Doubs.

Plus tard, il gagnera sa vie comme garçon de café à Melun, dans la Seine-et-.Marne.

En 1912, l’heure de la conscription est proche. Léon a vingt ans et il va devoir passer devant le conseil de révision d’Audeux. De constitution robuste, il se retrouve classé dans la 1ère partie de la liste de l’année 1912.

Sa feuille de route lui apprend qu’il doit se rendre dans l’est du pays pour rejoindre le 149e R.I. qui tient garnison à Épinal. Il franchit le portail de la caserne Coursy  le 8 octobre 1912.

L’armée évalue son degré d’instruction générale à un niveau 3. Il sait donc lire écrire et compter.

Des soucis de santé de cause inconnue le font aller à l’hôpital mixte d’Épinal entre le 7 et le 28 janvier 1913.

Début août 1914, la guerre contre l’Allemagne ne peut plus être évitée. Le 149e R.I., qui fait partie des troupes de couverture, est appelé à rejoindre la frontière allemande au plus vite. Difficile de dire si Léon Fouillot, bien que soldat d’active, fait partie des hommes qui ont quitté leur caserne avant même que les hostilités ne débutent ou s’il a été des premiers renforts.

A-t-il participé aux combats du Renclos-des -Vaches, d’Abreschviller et de Ménil-sur-Belvitte ?

Il est nommé caporal le 1er septembre. Le régiment part dans la Marne début septembre. La seule certitude que nous ayons c’est que Léon Fouillot a été fait prisonnier dans la journée du 26, en même temps que plusieurs de ses camarades de compagnie. Son nom est inscrit dans la liste des disparus figurant dans l’état des pertes du régiment à cette date.

Une longue captivité commence…

Peut-être que cette captivité a été illustrée par cette photo carte qui a permis cette biographie ? Le jeune homme adresse, à ses anciens employeurs avec qui il est resté en lien, l’image suivante qui le représente en tenue militaire avec ses galons de caporal passés à la craie.

Photographie_Leon_Fouilot

Le texte qui se trouve au dos du cliché est vraiment très succinct.

«  Fouillot Léon 5e compagnie n° 7537. Votre ancien serviteur, le bonjour à toute la famille »

Texte_carte_postale

Plusieurs hypothèses s’offrent à nous : cette photographie a-t-elle été prise en France avant sa capture ? Peu plausible vu le peu de temps qui sépare sa nomination de sa capture, sauf s’il est arrivé en renfort mi-septembre. Plus probablement, ce cliché a été pris en Allemagne alors qu’il était prisonnier, ce qui explique à la fois la mention de « France » dans l’adresse, un matricule qui n’apparaît nulle part dans sa fiche matricule, un numéro de compagnie qui n’est pas celui qu’il avait au 149e R.I. et un espacement des galons trop important qui n’aurait probablement pas été toléré en France. Mais pourquoi n’y a-t-il pas de cachet et d’adresse de camp de prisonniers ?

En l’absence de toute source complémentaire, difficile d’avoir des certitudes. On peut même penser qu’il y a des erreurs dans la fiche matricule.

Sa fiche signalétique et des services nous apprend qu’il a été interné à Merseburg dans un premier temps. Ce camp qui est situé près de Leipzig a été créé le 25 septembre 1914. Par la suite, Léon quitte la Saxe pour aller terminer la guerre dans l’Hesse au camp de Darmstadt.

Concernant son internement en Allemagne, sa fiche du C.I.C.R. est peu renseignée.

Fiche_Croix_Rouge_Leon_Fouillot

Rapatrié d’Allemagne le 21 janvier 1919 il est envoyé sur le D.T.I. de Besançon. Il passe ensuite au 60e R.I. le 2 avril 1919 avant de retrouver son ancien régiment le 19 avril 1919. Le 15 mai 1919, il est au 45e R.I.. Léon Fouillot est finalement mis en congé illimité de démobilisation le 20 août 1919. Cela fait presque sept ans qu’il a quitté son dernier emploi civil.

Classé affecté spécial à la compagnie P.L.M., il intègre la 2e section de chemin de fer de campagne, subdivisions complémentaires. Léon est homme d’équipe à Besançon le 1er octobre 1920.

Le 10 juin 1920, il épouse Yvonne Gaulme, une jeune femme originaire de Pouilley-les-Vignes. De cette union naîtront trois enfants.

Maintenu dans l’affectation spéciale de la compagnie Lyon-Paris-Marseille, il est signalé comme aiguilleur de 2e classe le 25 avril 1927 à Besançon-Viotte.

Léon Jean Fouillot décède le 13 octobre 1967 à Pouilley-les-Vignes, à l’âge de 76 ans.

Sources :

Fiche signalétique et des services et acte de naissance trouvés sur le site des archives départementales de la Haute-Saône.

Les sites du Comité International de la Croix Rouge, de « Généanet » et des archives départementales du Doubs ont été consultés sur Internet.

Un grand merci à M. Bordes, à A. Carobbi, aux archives départementales de la Haute-Saône et du Doubs.