12 mai 2017

Louis Émile Joseph Girard (1892-1914).

Louis_Emile_Joseph_Girard

Gustave Girard et son épouse Emma Grosjean sont domiciliés dans la commune jurassienne de Moiron lorsque leur fils Louis Émile Joseph voit le jour le 8 avril 1892.

Joseph apprend à lire, à écrire et à compter à l’école communale du village avant de rejoindre le monde du travail. Il exercera la profession de cultivateur jusqu’à son départ pour le service actif.

L’année de ses vingt ans, il est inscrit sous le numéro 69 du canton de Lons-le-Saunier pour la classe 1913. En bonne santé, il se retrouve classé dans la 1ère partie de la liste.

Quelques mois plus tard, Joseph Girard reçoit sa feuille de route. Elle l’informe qu’il doit effectuer ses trois années de service actif dans un régiment d’infanterie vosgien. Sans doute inquiet de partir aussi loin, il laisse derrière lui son village natal pour rejoindre la gare de Lons-le-Saulnier, d’où il prendra le train qui le conduira à Épinal. Il fait partie de la dernière classe appelée l’année de ses 21 ans.

Le 9 octobre 1913, Louis Émile Joseph Girard intègre une compagnie du 149e R.I.. Il ne se doute absolument pas des terribles évènements qui vont arriver dans les mois à venir, s’imaginant tout simplement qu’il va devoir rester jusqu’en octobre 1916 à la caserne Courcy.

Lorsque le conflit contre l’Allemagne débute en août 1914, sa formation de soldat est loin d’être achevée.

Joseph Girard se trouve alors sous les ordres du capitaine François, l’officier qui est à la tête de la 6e compagnie, lorsque son régiment doit rejoindre la frontière. Le 149e R.I. fait partie des troupes de couverture. Il a reçu l’ordre de se rendre à proximité de la frontière allemande avant même la déclaration officielle de la guerre.

Joseph Girard participe aux combats du mois d’août, mais il ne survivra pas au 2e mois du conflit.  Dans sa 22e année, il décède dans le secteur du petit village marnais de Souain, situé au nord de Suippe. Probablement laissé sur place, il a son nom figurant dans la liste des blessés du 149e R.I. à la date du 19 septembre 1914, mais il est considéré comme disparu.

Pour en savoir plus sur les évènements qui se sont déroulés durant cette période, il suffit de cliquer une fois sur l’image suivante.

149e_12e_compagnie_1913

Une recherche a été entreprise par la famille auprès de la Croix Rouge. Une enquête est ouverte, laissant de faux espoirs à la mère de ce soldat.

Fiche_C

Son acte de décès, qui a été officialisé le 23 novembre 1920, à la suite d’une décision prise par le tribunal de Lons-le-Saunier, valide la date de sa mort au 19 septembre 1914.

Louis Émile Girard est inscrit au tableau spécial de la Médaille militaire, à titre posthume (J.O. du 16 mai 1922) :

« Soldat brave et dévoué, mort au champ d’honneur le 14 septembre 1914 à Souain.»

Cette citation lui donne également droit à la Croix de guerre avec étoile de bronze.

Son nom est gravé sur le monument aux morts de la commune de Moiron.

Il n’y a pas de sépulture individuelle connue pour ce soldat.

Louis Émile Joseph Girard ne s’est pas marié et n’a pas eu de descendance.

Sources :

Fiche signalétique et des services envoyée par courrier par les archives départementales de Lons-le-Saunier.

Les sites « Gallica » et « Mémoire des hommes » ont été consultés pour construire cette petite notice biographique.

Le portrait de Joseph Émile Joseph Girard m’a été adressé par R. Mermet.

Un grand merci à M. Bordes, à A. Carrobi, à R. Mermet et aux archives départementales du Jura.

Posté par amphitrite33 à 07:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :