Louis_Georges_Andre_Fromont

Louis Georges André Fromont voit le jour le 6 mai 1895, dans la maison parentale située au n° 15 rue des boucheries dans la ville de Bourg.

À sa naissance, son père, Charles François, est un pharmacien qui est âgé de 28 ans. Sa mère, Marie Eugène Ravier, est une femme âgée de 22 ans qui n’exerce pas de profession.

Louis Georges André Fromont détient un très bon niveau scolaire. Sa fiche signalétique et des services nous indique qu’il possède un degré d’instruction de niveau 4. Après avoir obtenu son baccalauréat, il poursuit des études à l’école centrale lyonnaise. C’est de cet endroit qu’il partira pour le régiment, le 15 décembre 1914, à l’appel de la classe 1915, quelques mois après l’ouverture des hostilités contre l’Allemagne.

Le jeune homme est incorporé au 61e R.I. pour y faire une rapide formation de fantassin avant de rejoindre le front. Le 22 avril 1915, il est nommé dans le grade supérieur.  Dès le lendemain, il est muté au 55e R.I., le régiment frère de brigade du 61e R.I., qui combat dans le secteur de Béthincourt à cette période de l’année.

Le 25 mars 1916, Louis Georges André Fromont est envoyé au 149e R.I. qui se trouve au repos à Verdun.

Le 15 février 1917, il est nommé aspirant. 

Comme l’atteste une de ses citations, l’aspirant Fromont participe au combat de la Malmaison en octobre 1917.

Le jeune Fromont est considéré comme disparu, après avoir été blessé au cours des combats qui se sont déroulés dans le secteur d’Arcy-Sainte-Restitue, à la fin du mois de mai 1918. Sa compagnie, la 3e, était en mouvement de repli. Il était âgé de 23 ans.

La famille entreprend des recherches auprès du Comité International de la Croix Rouge pour tenter d’en savoir plus, mais celles-ci resteront vaines.

Fiche_Croix_Rouge_aspirant_Fromont

 Ce n’est que le 14 août 1920 que l’aspirant Fromont sera déclaré « mort pour la France » à la date du  29 mai 1918 par jugement du tribunal de Lyon.

 Pour en savoir plus sur les événements qui se sont déroulés le 29 mai 1918, il suffit de cliquer une fois sur l’image suivante.

Carte_journee_du_29_mai_1918

 L’acte de décès de ce sous-officier a été transcrit à la mairie du 3e arrondissement de la ville de Lyon le 25 août 1920.

 Décorations obtenues :

 Citation à l’ordre de la 43e division n° 267 du 27 novembre 1917 :

 « Le 23 octobre 1917, son officier de peloton étant tué, a pris le commandement d’une vague d’assaut, l’a conduite avec autant de bravoure que d’habileté, a arrêté net et encerclé des groupes de contre-attaques, et les a tués ou pris. »

Citation a l’ordre de l’armée n° 76 du 17 avril 1918 :

« Après avoir repoussé une attaque, s’est jeté spontanément avec quelques hommes, sur un strosstrup d’une compagnie, en dépit d’un bombardement intense, et lui a repris deux mitrailleuses. »

Décoré de la Médaille militaire, ordre n° 9183 D du 2 septembre 1918 pour prendre rang du 2 août 1918 : 

« Sous-officier d’une bravoure et d’un courage hors pair, au cours de récents combats, s’est porté à l’assaut d’une position ennemie à la tête de sa section, armé d’un fusil-mitrailleur. Grièvement blessé, n’a quitté le combat qu’après la conquête de son objectif. »

Le nom de l’aspirant Louis Georges André Fromont est gravé sur les monuments aux morts des villes de Bourg-en-Bresse et de Lyon.

Il n’y a pas de sépulture connue pour ce sous-officier. 

Sources :

L’acte de naissance, la fiche signalétique et des services et l’acte de décès de Louis Georges André Fromont ont été consultés sur le site des archives départementales du Rhône.

Le portrait de l’aspirant Fromont fait partie de ma collection personnelle.

Le fusil-mitrailleur représenté sur le montage est extrait d’une photographie qui se trouve sur le site « Culture, histoire et patrimoine de Passy » :

Site_culture__histoire_et_patrimoine_de_Passy

La photographie du monument aux morts de Bourg-en-Bresse provient du site « Généanet ».

Un grand merci à M. Bordes, à A. Carobbi, aux archives départementales du Rhône et au Comité International de la Croix Rouge.